Renforcement des capacités

Aide au Commerce

En 2006, l’OMC a défini l’Aide au Commerce comme “activités identifiées dans les stratégies nationales de développement du pays bénéficiaire en tant que   priorités de développement liées au commerce “. Elle a identifié 6 types d’activités :

La Task Force de l’OMC chargée de l’Aide au Commerce a défini les six catégories suivantes

  1. Infrastructure économique : Construction des routes, des ports et des télécommunications qui relient les marchés nationaux aux marchés mondiaux;
  2. Capacité de production : Investir dans les industries et les secteurs afin que les pays puissent diversifier leurs exportations et tirer parti de leurs avantages comparatifs ;
  3. Coûts d’ajustement : Aider à couvrir les coûts associés aux réductions tarifaires, à l’érosion des préférences ou à la détérioration des termes de l’échange ;
  4. Politique et Réglementation commerciales : Aider les pays à développer des stratégies commerciales, à négocier plus efficacement et à mettre en œuvre les accords ;
  5. Développement du Commerce : Améliorer les services de soutien aux entreprises, promouvoir le financement et l’investissement et effectuer des analyses de marché ; et
  6. Autres besoins liés au commerce.

L’initiative de l’Aide au Commerce a été lancée dans le cadre du Cycle de Doha, aux Négociations de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), en particulier avec la Déclaration Ministérielle de Hong Kong de 2005. L’Aide au Commerce (AaC) vise à aider les pays en développement, en particulier les moins avancés, à renforcer les capacités et les infrastructures commerciales dont ils ont besoin pour tirer parti de la l’ouverture aux échanges. Elle fait partie de l’Aide Publique au Développement (APD)  – subventions et prêts concessionnels – destinée aux programmes et projets liés au commerce.

Il est reconnu que l’Aide au Commerce peut être un complément précieux au Programme de Doha pour le Développement (PDD), mais elle ne peut se substituer aux avantages en matière de développement qui résulteront d’une conclusion positive du PDD.

Deux documents sont largement considérés  comme des principes directeurs internationalement reconnus , utilisés dans les discussions sur l’Aide au Commerce : la Déclaration de Paris de l’OCDE sur l’efficacité de l’aide adoptée en 2005 et reconduite dans le Programme d’Action d’Accra approuvé en 2008, ainsi que les recommandations de la Task Force de l’OMC sur l’Aide au Commerce présentées en 2006.

Stratégie régionale d’aide au commerce (AAC)

En 2015, l’Aide pour le commerce (ATC) de la région et la Commission de la CEDEAO ont validé une stratégie d’ATC pour la région. Cette stratégie a été élaborée dans le but de fournir un document de référence global pour informer les activités et les efforts régionaux et nationaux liés à l’aide au commerce.

La stratégie fournit le cadre dans lequel la région peut affirmer ses objectifs en matière d’aide au commerce et aborder les priorités de l’aide au commerce de manière générale. La stratégie a été adoptée par les ministres du commerce de la CEDEAO à Lomé, au Togo, en 2016.

Le document de stratégie se concentre sur les domaines clés où des initiatives et des activités régionales sont nécessaires pour compléter les activités nationales et vice-versa. Le document facilite et renforce également les relations entre la région et ses partenaires de développement.

L’objectif général de la stratégie régionale est de “contribuer à la croissance du commerce dans la région et de renforcer l’intégration des États membres dans le système commercial multilatéral”.

 

La stratégie comprend les grands piliers suivants :

  1. Politique et réglementation commerciales ;
  2. Infrastructure liée au commerce ; et
  3. Renforcer les capacités de production